Traumatismes2017-07-02T22:41:16+02:00

Ostéopathie et Traumatismes

Les séquelles à court ou à long terme d’un traumatisme peuvent-être diverses : névralgies, sciatiques, lombalgies, maux de tête, courbatures, fatigue, insomnies…

Prenons l’exemple d’un « coup du lapin » : Même si aucune lésion n’est visible aux examens radiologiques, même si le « coup du lapin » a été modéré, l’onde de choc reste inscrite dans le corps et occasionne troubles et douleurs.

Lors d’un accident de voiture par exemple on rencontre souvent des traumatismes comme le « coup du lapin ». Il s’agit dans ce cas d’un traumatisme indirect du rachis cervical en flexion-extension, en général lors d’un accident dans un véhicule brutalement arrêté. Il produit plutôt des entorses du rachis cervical, habituellement bénignes, mais pas toujours. Il peut produire également des fractures, particulièrement fractures du corps en compression. La locution anglophone pour le même phénomène est « whiplash », traumatisme en « coup de fouet ». Ce traumatisme peut se répercuter à tout le rachis via une membrane appelée « dure-mère », une membrane méningée qui tapisse la boite crânienne, se prolonge comme un tube dans la colonne vertébrale et s’attache solidement sur le sacrum tout en bas.
C’est à cause de ce rapport anatomique particulier qu’un choc sur le sacrum peut entrainer des problèmes crâniens à distance. De même un choc sur la tête peut provoquer des douleurs lombaires. Crâne et bassin sont donc liés anatomiquement. Ce lien dure-mère est spécifiquement travaillé par l’ostéopathe.

Il est donc intéressant de consulter :

  • Après tout type d’accident
  • Même en l’absence de signes radiologiques « objectifs », la peur, l’émotion, ont pu suffir à bloquer la respiration, gêner le fonctionnement du diaphragme thoracique et entraîner des compensations douloureuses.
  • Dans tout les cas où il y a eu traumatisme crânien avec ou sans perte de connaissance (après consultation chez le médecin ou aux urgences)
  • Dans les cas de douleurs vertébrales, cervicales, dorsales ou lombaires.
  • En cas de troubles de la vue, de l’audition, de l’olfaction, insomnie, vertiges.

Et dans tout les cas où la pression de la ceinture ou le volant a pu provoquer :

  • Des gênes et des douleurs respiratoires
  • Des sensations d’angoisse, d’oppression
  • Des douleurs au niveau du sternum
  • Une fragilité, une baisse de « tonus » ou un état dépressif.

L’ostéopathe redonne de l’équilibre et de la mobilité aux structures qui n’en ont plus, pour que le corps puisse surmonter le traumatisme.

Attention après un traumatisme vous devez toujours faire un bilan avec votre médecin ou les services compétents suite à un traumatisme.
L’ostéopathe peut venir en complément si les troubles organiques comme les entorses cervicales ou les fractures on été écartées, ou après guérison de ces derniers.